www.tek4life.eu

Tek4Life conçoit et organise

 

Les forums

 

 

 

L'événement

 
                   

 

COMMUNAUTE TEK4life

Cet espace est celui de la communauté des membres et amis de TEK4life

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Membres
    Membres Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
Derniers articles
Co-énoncer avec le vivant, réhabiter la terre, par Augustin Berque
 
A l'occasion du lancement du Festival vivant ce 10 octobre 2019, nous publions un texte d'Augustin Berque, issu d'une
Conférence-échange entre Augustin Berque et Nicole Pignier, le samedi 18 mai 2019, à Eymoutiers.
(éléments du propos d’A. Berque)
 
I. « Coénoncer avec le vivant, réhabiter la Terre », voilà une formulation pour le moins hardie. C’est à Nicole Pignier que nous en devons la première moitié, la seconde m’étant imputable. Est-elle simplement absurde, ou oraculaire ? En tout cas, elle n’entre pas d’emblée dans notre casier mental. Nous avons plutôt l’habitude de penser que, d’une part, les humains sont les seuls à posséder la parole, donc les seuls capables d’énonciation ; que, d’autre part, nous habitons bien sur la Terre, pas ailleurs, et que nous n’avons donc pas à la « réhabiter » ; enfin que, par-dessus le marché, le lien logique entre énonciation et habitation 
Modifié le
Lectures : 151
Notez cet article:
0
Le design écosocial pour réactiver notre sensibilité aux milieux, par Ludovic Duhem

Ludovic Duhem intervient ce 10 octobre 2019 au lancement du FESTIVAL VIVANT. 

Il relit les criques écologiques du XIXe siècle et les criques écosociales des années 1970 pour nouer l'ancage d'un design écosocial qui prend soin des milieux de vie et les miieux humains. Il livre ici l'entrée en matière d'un livre issu de nombreux colloques, seminaires menés au sein de l’École Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes

L’idée de « design écosocial » répond à une situation sans précédent : notre mode de vie actuel est insoutenable écologiquement et socialement. Face aux destructions massives et aux menaces concrètes pesant sur l’intégrité de notre monde, il est en effet irresponsable et suicidaire de nier les effets écologiques et sociaux de l’activité humaine conduite selon le modèle économique, industriel et culturel dominant. Production et consommation de masse, croissance et progrès, humanisme et technicisme, ont non seulement montré leurs limites depuis deux siècles, mais il est désormais avéré que leur maintien inconditionnel produit le contraire de la promesse d’une vie bonne pour tous.

Cette prise de conscience n’est pourtant pas nouvelle. Depuis le XIXsiècle et l’avènement de l’industrie capitaliste moderne, il existe une critique sociale et une critique écologique. La critique sociale s’est constituée en réponse au paupérisme de masse qui a frappé les ouvriers dans les usines européennes, américaines et finalement dans le monde entier. Elle s’est donnée pour vocation de comprendre les mécanismes d’exploitation, d’aliénation et d’exclusion qui empêchent les individus, les groupes, les peuples, tous les dominés et les vulnérables, d’avoir une vie pleinement humaine et de participer concrètement à la société. Les mouvements socialistes, anarchistes, solidaristes, communistes, féministes, et postcoloniaux ont ainsi progressivement changé la société 

Modifié le
Lectures : 169
Notez cet article:
0
Augustin Berque et Navi Radjou au lancement du FESTIVAL VIVANT le 10 octobre à AgroParistech
 
Le FESTIVAL VIVANT qui sera lancé le 10 octobre prochain à AgroParisTech va offrir des conversations insolites et des rencontres uniques. Navi Rajou sera avec nous ainsi qu'Augustin Berque et Eric Soubeiran, bras droit d'Emmanuel Faber, PDG de Danone. 
Outre ces figures vigoureuses, nous écouterons des témoignages d'acteurs qui proposent d'oeuvrer avec le vivant : Arnaud Daguin (et son mouvement de l'Agriculture du vivant), Freddy Rey (et son ingénierie métabolique), Louise Browaeys et sa permaculture au quotidien, Christophe de Boissoudy (et ses plastiques biosourcés), Rachel Kolbe, Responsable RSE du groupe In Vivo, Marine Calmet, juriste chez Nature Rights...
Modifié le
Lectures : 682
Notez cet article:
0
La "biocompatibilité"​ au coeur du New deal vert européen
Les Européens sont en train de prendre les cadres écologiques pour horizon commun. La poussée des Verts, devenu le quatrième parti du Parlement avec 69 sièges, est un phénomène marquant. L’Allemagne et l’Espagne où le parti socialiste porte un Green New Deal ont remporté respectivement 20% et 32 % des voix. Désormais, le cap est bien de soumettre l’exigence de « biocompatibilité » à toute l’économie pour la rendre moins toxique ou destructive pour l’environnement. 
 
Les appels à un virage radical pour répondre aux urgences vitales pour le maintien d’une Terre habitable exigent un New deal vert. L’idée, issue de la crise de 2008 – on se souvient de Gordon Brown, le Premier ministre britannique qui avait annoncé un « nouvel ordre mondial - progresse. Poussé par les Verts européens à la fin des années 2000,
Modifié le
Lectures : 1676
Notez cet article:
0
Transition bioéconomique :  peut-on prouver la valeur des produits biosourcés ?
 
Le 12 décembre dernier, le Forum BioRESP a organisé un atelier dans le cadre du World Efficiency Forum 2017 à Paris (événement satellite de One Planete Summit). Pour parler du biosourcé et de ses atouts, quatre invités ont apporté leurs contributions : Jean-Christophe DOUKHI DE BOISSOUDY, Directeur Novamont France,  président du Club Bio-Plastiques, Cyrille PAUTHENIER, fondateur et président d’Abolis Technologies, Olivier JAN, Coordinateur du Consortium BioSpeed et de Natur’ALLBottles Alliance chez Deloitte Anthony BENOIST, chercheur CIRAD, membre du groupe ELSA dédié à l’évaluation environnement, le cycle de vie et la soutenabilité
La séance a été animée par Dorothée BROWAEYS et Pierre-Alain SCHIEB, coordinateurs du Forum BioRESP
 
25 personnes ont participé à l’atelier. Elles représentent une grande variété d’institutions et de parties prenantes de la bioéconomie : AgroParisTech, CNRS, FNSEA, ADEME, Novamont, Saf Agr Idées, Saint-Gobain, SupBioTech, ABOLIS Technologies, Deloitte, VINCI, Le Ministère de la Transition écologique et solidaire.
Les présentations et des discussions ont mis en exergue la difficulté de prouver la valeur socio-environnementale des produits biosourcés. Les atouts sont, d’une part, mal définis, pas suffisamment cernés ni standardisés et d’autre part, peu lisibles. La valeur est très contingente (dépendante des circonstances) : le type de biomasse, le genre de procédé de traitement, les conditions économiques, jouent sur la « valeur écologique » du bio-sourcé. Les comparaisons avec les produits équivalents petro-sourcés sont délicates car il faut intégrer des dimensions souvent négligées (subventions au pétrole).
Modifié le
Lectures : 3682
Notez cet article:
0

LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMMUNAUTE TEK4life

Dorothée BROWAEYS est journaliste, rédactrice e...
Jean-Jacques Perrier est journaliste, coordinat...
UP' est le magazine d'actualités de l'innovatio...
Etudiante à AgroParisTech, je travaille à l'org...
Fondatrice et directrice de la rédaction de UP'...
Directrice de Sup'Biotech Centre d'intérêt ...
Auteure, comédienne et scientifique, Anne Rougé...
Professeur des universités en arts plastiques. ...
3D printing biomimétisme / biomorphisme Pho...
Artiste, Designer, Chercheur Ecosys...