COMMUNAUTE du FORUM BioRESP

Cet espace est celui de la communauté des membres et amis du FORUM BioRESP

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Membres
    Membres Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Face aux limites : changer nos rapports au monde vivant

Posté par le dans Biologie
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1829
  • 0 commentaires
  • Notifications
  • Imprimer
par Jean-François Toussaint, directeur de l’IRMES, Université Paris-Descartes, Haut Conseil de la Santé Publique
 
article issu de la présentation du 17 sept lors du FESTIVAL VIVANT 2016
 
Nous vivons 30 ans de plus que nos aïeuls du 15e siècle et avons gagné près de vingt centimètres en taille sur eux !  L’expansion phénotypique pourrait être la marque récente, singulière et finale, de notre espèce. Les transitions démographique, nutritionnelle, épidémiologique ont ainsi permis en à peine dix générations de repousser nos limites en termes de croissance, de connaissance mais aussi plus concrètement, de taille et de longévité.  Notre confrontation aux limites terrestres pourrait pourtant nous mener à de très brutales révisions de nos modes de vie et de nos croyances
: course à la performance et ses dérives, dérèglement climatique, recul de la biodiversité, réchauffement touchent la totalité des pays.
 
De nombreux plafonds sont en passe d’être atteints : consommation d’énergie, productions économiques ou records sportifs, rendements agricoles, espérance de vie… ces plafonnements n’ont été jusqu’à présent repoussés qu’aux dépens des écosystèmes et des générations futures.
 
Le défi des limites du vivant
 
La fuite en avant technologique, mue par l’utopie d’une re-création démiurgique d’espèces (la nôtre ?), d’écosystèmes voire du vivant, ne repose que sur de fausses promesses et une incompréhension des règles qui régissent cet univers. Le trans- ou le post-humanisme tentent de répondre aux confrontations violentes du XXIe siècle en nous en éloignant... par la seule pensée ; mais ces vastes blagues ne font que nourrir nos chimères. Toujours en quête d’autres réalités, toujours promptes à se laisser leurrer, nos imaginations participent ainsi d’une stratégie du refus, en suggérant des options non maîtrisées pour un monde sans humains.
 
Revoir nos  interactions au monde
 
Le défi serait plutôt, dans le cours laps de temps qui nous reste, de nous réconcilier avec notre environnement, en situant l’acceptable parmi nos conduites et en refoulant le superflu de nos choix et nos comportements.
Notre interaction au monde est à repenser, l’accroissement par tous les moyens n’est plus une option. Dans notre quête permanente de sommets, nous courons au bord du vide et le terrain se dérobe sous nos pieds. Il est temps de chercher des pentes plus clémentes. L’enjeu consistera à définir une gestion durable des rendements, sans détruire les écosystèmes. Et de maintenir, dans le tumulte qui vient, les valeurs de dignité humaine. L’écho des soubresauts passés et l’absence de mesures adaptatives concrètes montrent pourtant notre incapacité, en tant qu’espèce, à concevoir pour le moment les scénarios du pire pour en limiter les conséquences.
Dans l’urgence d’un effondrement trop prévisible, l’humanité doit pouvoir accepter le constat et se préparer à renforcer ses bases et ses piliers. Pour espérer durer, il lui faut renforcer les fondations d’un humanisme attentif à tous les peuples, respectueux des autres espèces et adapté aux grands équilibres. Une perspective qui nécessite de comprendre notre place et son sens
 
Modifié le
Notez cet article:
0
URL de rétrolien pour cette article.

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité vendredi 24 novembre 2017

LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMMUNAUTE DU FORUM BioRESP

Dorothée BROWAEYS est journaliste, rédactrice e...
Jean-Jacques Perrier est journaliste, coordinat...
Etudiante à AgroParisTech, je travaille à l'org...
UP' est le magazine d'actualités de l'innovatio...
Fondatrice et directrice de la rédaction de UP'...
3D printing biomimétisme / biomorphisme Pho...
Notre équipe participe cette année au concours ...
Mises en Pièces est une association de théâtre ...
Directrice de Sup'Biotech Centre d'intérêt ...
Auteure, comédienne et scientifique, Anne Rougé...

PROCHAINS RENDEZ-VOUS DE LA BIOECONOMIE

Aucun événement