Le Blog de Dorothée Browaeys

Cet espace est celui de la communauté des membres et amis du FORUM BioRESP

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Membres
    Membres Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
Bagarre autour du recours au forçage génétique pour éliminer des espèces indésirables

Changer les règles de la génétique. Tel est le pouvoir de la technique dite « gène drive » (ou forçage génétique) qui permet de propager un caractère à 100% parmi les descendants (au lieu de 50%). Cette « ingénierie massue » intéresse les responsables de santé publique confrontés aux moustiques vecteurs de maladies ou les gestionnaires de territoires envahis par des prédateurs. Alors que se tient cette semaine à Hawaii, le Congrès mondial sur la conservation, les clans adverses vont s’affronter sur ce sujet. Des opposants au GeneDrive ont publié une lettre ouverte. Le débat sera vif aussi à Cancun en décembre prochain car il est à l’ordre du jour des négociations de la Convention sur la biodiversité des Nations Unies.

Faire mourir en masse des populations envahissantes ou menaçantes.  L’idée progresse depuis une dizaine d’année pour lutter notamment contre les rongeurs qui pullulent dans les îles. Karl Campbell, a mené des programmes d’éradication des rats et souris dans une douzaine des îles des Galapagos. Traditionnellement, on recourt aux pesticides pour tuer ces animaux qui menacent les tortues légendaires. Mais les résultats sont souvent insuffisants : une simple femelle porteuse de petits est capable de régénérer très vite la population.

En 2011 le service américain de la vie sauvage et des poissons a amorcé un plan pour exterminer les souris des îles Farallones

Modifié le
Lectures : 3923
Notez cet article:
0
Et si la France encourageait les semences paysannes?
Dans un article très touffu, les deux juristes Nicolas Marro (Conseil en Propriété Industrielle spécialisé en Biotech) et Célia Revy du Cabinet Beau de Loménie, expliquent comment la Loi Biodiversité change le droit français en matière de droit des brevets biotechnologiques.
 
Nous remercions BiotechInfos, partenaire du FESTIVAL VIVANT de nous autoriser à reprendre ce texte éclairant.

Le domaine des biotechnologies est un des domaines les plus dynamiques des sciences du vivant. De nombreuses start-up sont fondées chaque année sur des technologies biotech toujours plus innovantes et la plupart des blockbusters sont aujourd’hui issus des biotechnologies. Depuis l’émergence des biotechnologies dans les années 70, le droit des brevets n’a cessé d’évoluer sur les questions relatives à la brevetabilité du vivant. La loi sur la biodiversité ne déroge pas à la règle et apporte son lot de modifications

Modifié le
Lectures : 2664
Notez cet article:
0

Posté par le dans Biologie
Vers une révolution bioéconomique ?
Donner à voir et à discuter l’industrialisation du vivant, telle est l’ambition du Festival vivant qui constitue le volet français du programme européen Synenergene2, consacré à la biologie de synthèse et plus largement à la bioéconomie. Un sujet tout à la fois hautement stratégique et potentiellement explosif.
 
Article publié par la revue BIOFUTUR, partenaire du Festival vivant, en introduction de son dossier du n°378 (juillet-août 2016).
Dans ce dossier, Martino Nieddu et Franck-Dominique Vivien  décrivent « La bioéconomie entre enjeux économiques et projets de société, Jane Lecomte et François Sarrazin proposent de « Repenser l’innovation dans une perspective évocentrée de la biodiversité », Yves Bertheau évoque « Les nouveaux OGM et la biodiversité » et Etienne Maclouf interroge « La gouvernance des bio-innovations est-elle une illusion ?
 
Aujourd’hui les arbres, les plantes, les algues, les bêtes, les micro-organismes… sont sollicités comme sources d’énergie (biocarburants), de matériaux, de produits chimiques en remplacement des matières issues du pétrole (pétrosourcées). Manger, rouler, bâtir, soigner ou vêtir suppose l’exploitation des biomasses des champs, des forêts comme des océans. La recherche de solutions durables, d’une moindre empreinte carbone, d’une valorisation des déchets et d’un fonctionnement circulaire de l’économie (écologie industrielle) oriente nos sociétés vers un recours massif aux biomasses, qu’elles soient microbiennes, végétales ou animales. Ainsi se développe la bioéconomie, terme qui englobe ces activités basées sur le vivant (biobased economy).
Ce mouvement porte en lui les germes du meilleur comme du pire
Modifié le
Lectures : 2034
Notez cet article:
0
Un Canada Dry de crevette pour lutter contre la prédation
Après le surimi, voici l’imitation crevette ! La société californienne New Wave Foods a réussi à reproduire le goût mais aussi la texture un peu « caoutchouteuse » de la crevette avec uniquement des algues rouges (pour donner la couleur corail ) et des plantes. Une sorte de Canada dry culinaire…L’argument de vente : stopper la prédation sur les crevettes dont les stocks s ‘épuisent. La pêche à la crevette est en effet massive : on extrait des océans 6 millions de tonnes par an !  Très prisés, ces petits crustacés sont consommés à raison de 2kg par habitant chaque année.
 
Frankenshrimp
 
L' industrie de la pêche de la crevette est aussi au cœur d'une controverse environnementale depuis des années. Les navires de haute mersont liés à de multiples maux écologiques, car leurs filets à mailles fines sont impitoyables pour ramasser les crevettes. Pas beaucoup mieux, l’aquaculture de crevettes, réalisée à l'échelle industrielle dans des pays comme l'Inde, le Vietnam et le Brésil, se traduit par la destruction de la mangrove, la déforestation, l'intoxication des milieux en raison des médicaments employés, et de très fortes émmissions de méthane. Enfin, cette industrie exploite des migrants victimes de la traite, généralement en Asie. Ces derniers sont contraints de travailler sur des bateaux de pêche ou des fermes, endurant des conditions brutales avec peu d'espoir d'évasion. Ces conditions expliquent les prix très abordables de ces crustacés dans de nombreuses régions du monde.Le groupe environnemental américain Oceana affirme que 30 % des crevettes vendues aux Etats-Unis présentent une erreur d'étiquetage. En France, la répression des fraudes (DGCCRF) a été amenée en 2012 à donner 817 avertissements (28 %) sur les 2 927 contrôles portant sur l’étiquetage des produits de la mer et d’eau douce.
Des océans sans poissons d'ici 2048 
Face à ces dérives, la start Up New Wave Foods souhaite affranchir le consommateur de ces pratiques non soutenables. C’est aussi la grande mode sur la côté ouest de manger « Vegan » et de remplacer le fromage par des ingrédients végétaux sans lait de vache, ou les burgers par des sandwichs sans viande. En France l’association Bloom est très active pour lutter contre la pêche profonde, alertant sur la destruction de la biodiversité océanique. Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture ( FAO), pour un kilo de poisson capturé, jusqu'à 5 kilos d'espèces marines non désirées sont embarquées puis rejetées comme prises accessoires. Quand on sait que 90 à 100 millions de tonnes de poissons sont tirés de nos océans chaque année...
 
Contre le carnage des requins
 
La société New Wave Foods veut aussi contribuer à freiner le carnage des requins, avec son substitut aux ailerons à base de dérivés d'algues et de protéines produites par des cellules génétiquement modifiées. Selon la start-up, ces ailerons fabriqués en laboratoire seraient d'une qualité très satisfaisante. Il pourrait permettre de pallier à la demande sans sacrifier pour autant les prédateurs des océans du globe. La pêche aux ailerons (le shark-finning consiste à couper les ailerons du requin et rejeter le corps) serait responsable de la mort d'au moins 90 millions de requins chaque année. L’activité est alimentée par la forte demande provenant des pays asiatiques. Les nageoires dorsales sont en effet très prisées dans la médecine et la cuisine traditionnelles et peuvent être vendus à plus de 600 euros le kilo. L'année prochaine, la société New Wave Foods prévoit de débuter dans le commerce avec de petites crevettes panées, connu sous le nom «popcorn crevettes» très populaire aux Etats-Unis.
Modifié le
Lectures : 1833
Notez cet article:

Posté par le dans Biologie
Hacker le cerveau, est-ce si anodin ?

Le corps est devenu un terrain de jeu. On connaît des artistes comme l’australien Stelarc qui s’est fait greffer une oreille sur le bras gauche ou des scientifiques comme Kevin Warwick qui s’est doté d’implants électroniques. Ces cas isolés deviennent légion avec l’engouement pour la biologie de garage et des équipements désormais très bon marché. 

Le californien Dave Asprey est un fan des expériences cérébrales : fondateur de Bulletproof, il a passé quinze ans et a investi plus de 300.000 $ pour pirater sa propre biologie. Il affirme avoir gagné plus de vingt points de QI. Mais il y a aussi les tribus de biohackers qui pratiquent sans tabou la stimulation cognitive.

Modifié le
Lectures : 2253
Notez cet article:
0

LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMMUNAUTE DU FORUM BioRESP

Dorothée BROWAEYS est journaliste, rédactrice e...
Jean-Jacques Perrier est journaliste, coordinat...
Etudiante à AgroParisTech, je travaille à l'org...
UP' est le magazine d'actualités de l'innovatio...
Fondatrice et directrice de la rédaction de UP'...
3D printing biomimétisme / biomorphisme Pho...
Notre équipe participe cette année au concours ...
Mises en Pièces est une association de théâtre ...
Directrice de Sup'Biotech Centre d'intérêt ...
Auteure, comédienne et scientifique, Anne Rougé...

PROCHAINS RENDEZ-VOUS DE LA BIOECONOMIE

Aucun événement