Le Blog de Dorothée Browaeys

Cet espace est celui de la communauté des membres et amis du FORUM BioRESP

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Membres
    Membres Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Posté par le dans Biologie
Alerte au riz fou !
108 Prix Nobel somment Greenpeace de stopper leur « croisade anti-OGM ». Dans une lettre adressée à l’organisation militante, les scientifiques renommés demandent à l’ONG de « ne plus dénigrer le riz doré qui peut apporter une ressource en vitamine A aux enfants des pays en développement. La campagne est parfaitement orchestrée avec son site internet dédié à « l’agriculture de précision » supportprecisionagriculture.orgqui présente la liste des signataires, parmi lesquels quelques Français comme Claude Cohen-Tannoudji, Roger Guillemin, Serge, Haroche et le chimiste Jean-Marie Lehn. On trouve les grands noms de Stanley Prusiner, Sir Martin J. Evans et bien sûr James Watson.  
 
« Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre le riz doré en particulier et contre les cultures et les aliments améliorés grâce aux biotechnologies en général, écrivent les 108 Prix Nobel qui enjoignent les dirigeants et les militants à se résoudre aux « excellents résultats des OGM reconnus la plupart des agences ». La lettre qu’ils ont publiée ce 30 juin est un plaidoyer pour ce qu’on appelle « l’agriculture de précision » qui vise l'optimisation des rendements, des investissements et le recours aux biotechnologies. L’ennemi public tout désigné est l’association militante Greenpeace. « Greenpeace a été le fer de lance de l’opposition contre le riz doré. Or ce dernier a le potentiel de réduire ou d'éliminer la plupart des décès et maladies causées par une carence en vitamine A (CVA), dont l’impact est le plus fort sur les populations les plus pauvres en Afrique et en Asie du Sud-Est ».
 
L’opération de lobbying a été organisée par Richard Roberts, directeur scientifique des NewEngland Biolabs et Phillip Sharp, qui a reçu son Prix Nobel en 1993 pour sa découverte des séquences génétiques appelées introns (qui permettent une combinatoire d’expression génétique). Une conférence de presse s’est tenue jeudi 30 juin à Washington. La rencontre a été menée avec le soutien d’un ancien de Monsanto, Jay Byrne qui veillait à filtrer les journalistes.
 
La pétition a ciblé le riz doré, le seul OGM censé apporter un bénéfice santé
 
Les pétitionnaires en appellent aux gouvernements pour qu’ils fassent « tout ce qui est en leur pouvoir pour s’opposer aux actions de Greenpeace et accélérer l'accès des
agriculteurs à tous les outils de la biologie moderne, en particulier des semences améliorées par les biotechnologies. L’opposition basée sur l'émotion et le dogme, et contredite par les faits, doit être stoppée ». Les auteurs - qui ont fait signer les Prix Nobel - ont ciblé le riz doré, qui est le seul OGM censé apporter un bénéfice santé. Cela leur permet de conclure sous un mode dramatique : « Combien de gens doivent mourir avant que l’on reconnaisse ce rejet comme un « crime contre l’humanité ? »
 
Cette manifestation arrive à un moment crucial de la révision de la réglementation OGM aux Etats Unis. Le 21 juin, le Président de la Commission du Sénat américain sur l’agriculture, Pat Roberts (R-KS), et Debbie Stabenow (D-MI) ont publié un projet de loivisant à exiger l’étiquetage obligatoire de la plupart des aliments contenant des ingrédients génétiquement modifiés. Le projet de loi prévoit des options d’étiquetage – les entreprises peuvent choisir d’offrir aux consommateurs une étiquette sur l’emballage, un symbole ou une étiquette électronique pouvant être scannée. L’étiquette électronique pouvant être scannée doit fournir directement aux consommateurs des informations sur les OGM. Ce projet de loi Roberts- Stabenow sur l’étiquetage des OGM va venir au un vote la semaine prochaine au Sénat des Etats-Unis. Bien sûr l’actualité sur la définition des aliments génétiquement modifiés dans les cas des nouvelles technologies autour de CRISPR crispent les protagonistes. Selon Stacy Malkan (de l’ONG US Right to Know), « Ces scientifiques de renommée mondiale ont été utilisés comme des pions politiques pour un jeu qui les dépasse ».
La réponse de Greenpeace 
« Nous sommes des scientifiques. Nous comprenons avec la logique de la science. C’est facile de voir que Greenpeace fait des dégâts et est anti-science, a confié au Washington Post. Le britannique et leader de la démarche, Richard Roberts. Greenpeace au début, puis certains de leurs alliés sont sorti délibérément de leur chemin pour effrayer les gens. C’est une manière pour eux de lever des fonds pour leur cause ».
En réponse à cette campagne de dénigrement, Wilhelmina Pelegrina, responsable pour Greenpeace dans le Sud-Est asiatique (Manille), estime que " Les accusations laissant penser que nous bloquons le riz « Golden » génétiquement modifié, sont  fausses. Ce riz 'Golden ' a échoué en tant que solution et n’est actuellement pas disponible à la vente, même après plus de 20 ans de recherche . Comme admis par l'Institut international de recherche sur le riz , il n'a pas été apporté la preuve qu’il pouvait corriger réellement carence en vitamine A . Donc, pour être clair, nous parlons de quelque chose qui n'existe même pas. La militante considère surtout qu’on répond trop souvent à un problème social par des projets techniques qui ne marchent pas. « La seule solution garantie pour corriger la malnutrition est une alimentation saine diversifiée. Il est irresponsable d'imposer le riz doré comme un remède rapide pour les gens qui ne l'accueillent , en particulier quand il y a des options sûres et efficaces déjà disponibles ».
Dans sa chronique de mardi dernier (Le monde du 5 juillet 2016), Stéphane Foucard ironise aussi sur ce riz doré qui n’a toujours pas fait ses preuves. Depuis vingt ans. Et ce n’est pas vraiment la faute à Greenpeace !
Modifié le
Lectures : 3297
Notez cet article:
0
Forum Biologie de synthèse à Amsterdam : visions du futur les 24-25 juin 2016
Les occasions sont rares d’échanger sur les nouvelles techniques de modification du vivant. Les 24 et 25 juin 2016, un Forum s’organise à Amsterdam, sur les visions du futur qui se trament avec la biologie de synthèse. Organisé dans le cadre du Programme européen SYNENERGENE, cette rencontre est une belle opportunité pour saisir les enjeux colossaux dans ce domaine : nouvelles techniques de cuisine moléculaire comme CRISPR-Cas9 ou Talen, impacts des organismes modifiés, sécurité,  nouvelles solutions biosourcées, transitions vers de nouveaux usages des biomasses (bioéconomie)… et les questions de gouvernance associées : usages et régénération des sols, cohabitation des cultures, traçabilité des organismes génétiquement modifiés….
Modifié le
Lectures : 2456
Notez cet article:
0
Comment nommer et gérer les nouvelles techniques génétiques ?
La cuisine moléculaire, ca donne des responsabilités. Parce que le vivant n’est pas une machine confinée. Et que nous en sommes !
Alors quand arrivent des techniques, peu chères, rapides, ciblées, les choses s’accélèrent. On les appelle Crispr-Cas9 , Talen, doigt de zinc… ou autres expressions obscures pour le grand public. Ce qu’il faut comprendre c’est qu’au lieu de greffer un bout de gènes comme avec les OGM des années 90, on recourt à des démarches qui s’apparente à des Copier-coller dans l’édition. C’est pourquoi on rassemble ces démarches sous le termes générique d’ « édition de gènes ». Pourtant la métaphore - qui laisse penser à une action très maîtrisée - n’est certainement pas juste puisque lors de ces interventions, surgissent des tas d’effets collatéraux, comme si vous changiez tous les p du texte …
 
Nouveaux OGM, NPBT (New breeding techs), OGM cachés »... et voici les OMEG
 
La désignation  de ces interventions génétiques est déterminante. Les adversaires ont déjà choisi leur désignation et parlent d’OGM cachés. Dans son article publié dans le Monde du 1er juin, Jean-Stéphane Joly, directeur de recherche à l’INRA lance un nouveau terme, celui d’organismes mutés par édition de génome pour aussitôt lancer l’usage d’un nouveau sigle : OMEG. Mais le chercheur qui enjoint tous les acteurs concernés à interagir – « il est urgent de débattre » - semble ne pas se rendre compte que les catégories et les représentations, ca ne se décrète pas ! L’histoire est jalonnée d’exemples où l’on constate que ce sont des gens éloignés de la science, ou en tout cas distanciés, qui formulent des repères et des slogans.  Les observateurs de la blogosphère des relations publiques des gouvernements savent bien que la sémantique d’une polémique, c’est le fruit des groupes d’influence et des médias. On sait ce qu’a produit l’appellation « Terminator » qui a été choisie par ETC Group pour désigner les semences stériles produites par Monsanto dans les années 90. De même le titre en Une de Libération « Alerte au soja fou » est resté dans toutes les mémoires.
La bonne volonté est une chose, mais l’ouverture en est une autre. Quand on appelle au débat public, on ne peut que miser sur l’inclusion des groupes de toutes sortes d’obédiences et leur conflictualité sur les mots. Car les mots reflètent les cadres de pensée, les représentations du vivant et les relations ou usages que chacun développe. Quand les biologistes de synthèse parlent de châssis en désignant les levures, bactéries, ou autres microorganismes prêts à accueillir leurs « cassettes informatives » que sont les gènes pour eux, ils formatent un certain regard sur ces microbes.
 
Etrange contradiction : les insdustriels veulent breveter (exigence de nouveauté) et ne pas distinguer leur produit (pas de traçabilité)
L’intervention généralisée sur le génome des organismes vivants n’est pas une affaire de scientifiques. Elle oblige à placer les enjeux au plan politique. La sociologue américaine Sheila Jasanoff a publié récemment un article essentiel, CRISPR à l’épreuve de la démocratie. Elle y précise le besoin pressant d’une appropriation citoyenne des projets de modification des génomes. Cela résonne comme urgent quand on apprend que 25 chercheurs ont annoncé le 2 juin dans la revue Science qu’il allait fabriquer un génome humain synthétique.
Cette discussion politique oblige à un préalable : que les produits nouveaux soient traçables afin que les acteurs des biotechs (blanches, rouges ou vertes) puissent rendre des comptes sur leurs produits.  Car on découvre souvent chez les promoteurs de cette bioingénierie une étrange contradiction : la demande de brevets assortie d’une demande de non distinction.
On le sait, la directive 2001/18 relative à la dissémination volontaire d'organismes génétiquement modifiés dans la nature oblige les fabricants d’OGM à fournir les amorces (construction génétique de leurs OGM) mais exempte les créations par mutagenèse de tout suivi. Tous les biologistes conviennent pourtant qu’il s’agit d’organismes au génome modifié. L’exemption repose sur l’affirmation que la nature pourrait générer les modifications. C’est la référence au « naturel » qui laisse penser l’absence de danger. Ce point est litigieux tant il est flou et non pertinent. On connaît les désastres d’espèces envahissantes « naturelles », la toxicité de toxines « naturelles «  comme les aflatoxines, la sensibilité du génome dont la modification que quelques bases peut générer des maladies graves….
Après les OGM, dont tout le monde apprécie les avantages comme producteurs de médicaments recombinants (l’insuline, les facteurs de croissance …) mais beaucoup moins les risques quand ils sont dans nos champs, les citoyens ont compris que la discussion doit concerner les projets et les modalités d’usages. Quand les premières autorisations d’organismes issues de Crispr-Cas 9 concernent un champignon qui cache son vieillissement (et qui ne brunit plus), le consommateur ne peut être que réfractaire. Plus pertinentes seront les propositions pour agir sur les moustiques vecteurs de maladies comme zika, le chikungunya ou le paludisme,  si tant est qu’ils soient mis en œuvre par des autorités publiques garante du bien commun.
Modifié le
Lectures : 4206
Notez cet article:
0
Pas de parade face à la bactérie tueuse du Wisconsin
Mystère dans le Wisconsin. 21 personnes sont décédées depuis le début de l’année d’une infection par une bactérie banale Elizabethkingia anophelis. Les autorités ne comprennent pas comment ce microorganisme, fréquent dans le sol ou dans l’intestin des moustiques – notamment l’anophèle d’où son nom - est devenu tueur.
Certes, les malades atteints – 63 depuis le début de l’année, selon les autorités sanitaires du Wisconsin – sont âgés (plus de 65 ans) et ont d’autres problèmes de santé, indiquant que la bactérie peut les infecter du fait de leur système immunitaire déficient. Mais leur contamination semble d’origines diverses : hôpitaux, infirmeries ou autres Les symptômes sont la fièvre, l’essoufflement, les frissons… et parfois l’atteinte des tissus cutanés appelée cellulite. Les chercheurs ont relevé toutefois que cette bactérie originaire de Gambie a déjà causé des méningites néonatales en République Centre Africaine ainsi qu’une grave infection nosocomiale à Singapour.
COM_EASYBLOG_POST_TAGGED Biologie
Modifié le
Lectures : 3320
Notez cet article:
0
Ingénierie génétique: fortes crispations sur CRISPR
L’ingénierie génétique revient en politique. Ce 7 avril, se sont tenues à Paris des auditions sur les enjeux des nouvelles biotechnologies, avec en ligne de mire le sujet polémique du recours et des usages de la technique CRISPR-Cas9 dans le champ médical comme agronomique. A l’origine de la démarche, Jean-Yves Le Déaut, président de l’Office parlementaire des choix scientifiques et techniques (OPECST), qui considère ces outils de chirurgie des génomes comme des « ruptures techniques considérables ». Le député qui a œuvré dans les années 90 pour mettre en débat les OGM – on se souvient de la conférence de citoyens de l’OPECST en 1998 – entend jouer à nouveau un rôle d’éclaireur, aux côtés de ses deux collègues vice présidentes de l’OPECST, la députée Anne-Yvonne Le Dain, et la sénatrice Catherine Procaccia.
Modifié le
Lectures : 4436
Notez cet article:
0

LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMMUNAUTE DU FORUM BioRESP

Dorothée BROWAEYS est journaliste, rédactrice e...
Jean-Jacques Perrier est journaliste, coordinat...
Etudiante à AgroParisTech, je travaille à l'org...
UP' est le magazine d'actualités de l'innovatio...
Fondatrice et directrice de la rédaction de UP'...
Je suis actuellement en 3eme année de thèse en ...

Invité n'a pas encore mis à jour sa biographie
3D printing biomimétisme / biomorphisme Pho...
Notre équipe participe cette année au concours ...
Mises en Pièces est une association de théâtre ...

PROCHAINS RENDEZ-VOUS DE LA BIOECONOMIE

16 Oct 2018
02:00PM - 07:00PM
Forum BioRESP #4