COMMUNAUTE du FORUM BioRESP

Cet espace est celui de la communauté des membres et amis du FORUM BioRESP

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Membres
    Membres Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
biorespAccess

biorespAccess

biorespAccess n'a pas encore mis à jour sa biographie
Prendre soin de la diversité du monde vivant, seul antidote à notre vulnérabilité croissante !
Les 15 et 16 septembre derniers à Paris, le Festival vivant s’est focalisé sur la bioéconomie et les biotechnologies. Chacun a pu prendre la mesure des enjeux de l’industrialisation du vivant en marche. L’économiste Jean-Paul Karsenty – qui est intervenu en clôture du colloque le 16 septembre - résume ici deux risques majeurs : perdre la dynamique évolutive du vivant, engendrer des mondes non biocompatibles.
 
Premier écho du FESTIVAL VIVANT par Jean-Paul Karsenty
 
La part de notre humanité qui se « globalise » rapidement ne peut s’imaginer autrement qu’agissante, toujours plus, et dans un rôle de « spécialiste de la résolution de problèmes ». Aussi, si, aujourd’hui, elle désire façonner la vie, c’est qu’à l’évidence elle souhaite résoudre un problème. Mais lequel ?
Modifié le
Lectures : 2200
Notez cet article:
0
Quand Radio Canada questionne la biorévolution.
 
« La révolution bioéconomique procède de la conjonction de trois disruptions, explique Dorothée Browaeys.  La première vient de notre capacité à designer les organismes devenus des « châssis flexibles » (la biologie de synthèse et big data), la seconde à nous affranchir des règles de l’évolution (Crispr/cas9Gene drive), la troisième à donner ces pouvoirs à tout un chacun (biohacking) ». Ces ruptures surgissent à l’interface entre biologie-informatique-nanosciences et cognisciences. « On parle abondamment de cette convergence NBIC à propos de l’homme augmenté : mais qui réalise que c’est tout le vivant qui est concerné par le Biodesign ? » interroge Dorothée Browaeys.
 
Des experts pour décrypter la bio-révolution 
 
La concomitance des ruptures est explosive et mérite donc d’en parler, d’examiner ce qui nous attend. Les opportunités, les défis relevés, les enjeux économiques, les inconnues, les risques… L’affaire n’est pas seulement scientifique, industrielle, économique : elle est culturelle et politique
Modifié le
Lectures : 1649
Notez cet article:
0
Biologie de synthèse : quelles perspectives industrielles

 

Cet article issu de ParisTech Review
 

Les promoteurs de la biologie de synthèse ont introduit dans la biologie moléculaire un certain nombre de principes venant tout droit de l'ingénierie. Leur but: modifier le vivant pour lui faire produire de nouvelles molécules. De nombreuses applications sont attendues dans les domaines de la santé, de l'énergie, des matériaux, de l'environnement et de l'agriculture. Comment se fera le passage à la phase industrielle? C'est la principale question aujourd'hui.

 

 

L’avènement de la biologie de synthèse est d’abord une révolution idéologique. Ses origines remontent au milieu du XIXe siècle, avec l’avènement des théories évolutionnistes, d’un côté, et de l’autre la métamorphose de l’agriculture, qui était une pratique et devient alors une science. Le monde de la biologie, et plus largement notre conception du vivant, s’en sont trouvés bouleversés

Modifié le
Lectures : 1704
Notez cet article:
Transformer les gènes humains en big data
Le décryptage des gènes responsables de maladies se fait désormais à marche forcée. Des investissements massifs (1/3 pivés/ 2/3 Etat) qui vont déboucher sur des casse-têtes juridiques : qui va controler ces données et leur accès ?
Extrait d’article de Laurent Frichet (TSAVO PRESS)
 
670 millions d'euros. Tel est l’investissement qu’a annoncé, ce 22 juin 2016, laministre de la Santé Marisol Touraine, afin de créer 12 centres pour décrypter la totalité des gènes des malades en France. Cette perspective s’inscrit dans le cadre
du plan «médecine personnalisée». Pour réagir au « retard accumulé par le pays ces dernières années »,cette mobilisation vise à faire « 10 fois plus de séquençages haut débit de génomes réalisés en France d'ici à 5 ans ».
Pauline Fréour explique dans un article paru dans Le Figaro que « ce plan se traduira par la création progressive de 12 plateformes dédiées au séquençage génomique à haut débit, technologie dont les immenses progrès permettent désormais de décoder l'ensemble des 20.000 gènes codants d'une personne en seulement quelques jours et pour moins de 1000 €. […]Le Pr Yves Lévy, président de l'Inserm, déclare qu’« avec ce plan, la France se prépare aux besoins prévus dans les années à venir, estimés à 200.000 génomes séquencés par an d'ici à 5 ans ».La journaliste précise que « l'accès élargi à la technologie sera d'abord proposé aux personnes atteintes de maladies rares, de diabète et de cancer. Les premières verront une chance de réduire la durée de pose d'un diagnostic, puisqu'elles n'auront plus à enchaîner plusieurs recherches de gènes spécifiques. Pour les autres, d'identifier le traitement le plus adapté, en évitant par exemple ceux qui leur sont toxiques ».
Le Pr Lévy ajoute qu’« à terme, d'autres maladies pourront être concernées, comme les pathologies cardiovasculaires ou l'hypertension »
 
Pauline Fréour note que « cette ouverture aux malades est différente de l'approche choisie par le Royaume-Uni ou les États-Unis, où le séquençage est réservé à la recherche sans qu'il y ait nécessairement de retour vers l'individu. Les données récoltées en France pourront aussi être utilisées par les chercheurs ».
La Pr Laurence Faivre, spécialisée dans les maladies rares au CHU de Dijon, réagit : « L'annonce de ce plan est une nouvelle extraordinaire. L'accès au séquençage à haut débit est un vrai problème pour les patients. Il n'est proposé que dans 2 ou 3 établissements où des équipes se sont mobilisées pour faire financer le projet par leur direction. Cela crée une inégalité importante sur le territoire ».
Pauline Fréour indique qu’« outre l'équipement des infrastructures (qui seront liées aux CHU), le projet nécessite aussi de former des professionnels (biostatisticiens, bioinformaticiens) et de réfléchir à l'enseignement des médecins, à l'université ou en formation continue ».
Le Pr Lévy « a aussi proposé de saisir le Conseil consultatif national d'éthique, qui a déjà commencé à réfléchir au sujet. […] Quelle conduite tenir par exemple, lorsque le génome d'une personne testée pour une maladie rare indique aussi un risque de
Dans La Croix, Denis Sergent évoque également ce «plan de médecine génomique pour améliorer les soins ».
Le journaliste explique que ce plan « est issu du rapport «France Médecine Génomique 2025 : permettre l’accès au diagnostic génétique sur tout le territoire» du Pr Yves Lévy, président de l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé et de l’Inserm, remis au premier ministre » hier.
« Il vise à analyser complètement la nature et l’ordre d’enchaînement des gènes qui composent l’ADN de chaque personne pour détecter ses anomalies géniques (mutations), dans l’objectif notamment de déterminer les risques de développer certaines maladies et les réactions face à des médicaments », poursuit Denis Sergent.
Il note que « sa mise en œuvre […] se structure autour de trois grands objectifs : profiter des progrès technologiques en matière de recherche, déployer un dispositif de génomique clinique sur tout le territoire, et enfin mettre rapidement sur pied une filière nationale de médecine génomique ».
« Ce qui nécessite d’accéder à des milliers de données numériques (le « big data ») sur la santé de la population. Les conditions d’accès à ces données et leur utilisation soulevant un certain nombre de questions éthiques, il a d’ores et déjà été prévu de saisir le comité consultatif national d’éthique », relève le journaliste. 
 
Modifié le
Lectures : 2093
Notez cet article:
0
Palpitations et hybridations poignantes, signées ORLAN et Mael Le Mée
Si nous sommes vivants c’est grâce à d’autres organismes ! Nos corps abritent toutes sortes de microbes très utiles qui font que notre identité est imbriquée dans celle des autres êtres vivants. Mettre en scène ce grouillement de nos matières vivantes, tel est l’ambition de la performance TANGIBLE STRIPTEASE (en nanoséquences) orchestrée par les artistes ORLAN et Mael Le Mée. Bien connus de la communauté du Festival vivant par leurs manifestations lors de VITA NOVA en septembre dernier, les deux biocréateurs ont offert le 2 juin dernier à Enghien une expérience hors du commun. Virgile Novarina raconte.

Par Virgile Novarina
La notion philosophique de « soi », apparue pour la première fois il y a plus de quatre cents ans dans l’Essai sur l’entendement humain de John Locke, a été quelque peu bousculée ces dernières années par une série de découvertes scientifiques sur le rôle des bactéries à l’intérieur du corps humain, et sur le fonctionnement de notre système immunitaire. Aux mille milliards de cellules composant le corps humain, il faut en effet ajouter dix à cent fois plus de cellules bactériennes vivant sur ses muqueuses, assurant certaines fonctions essentielles pour l’individu. Dès lors, que pourrait-être un autoportrait artistique qui tiendrait compte de cet ensemble de cellules bactériennes, appelé microbiote ? C’est dans cette aventure que nous ont entrainés ORLAN et Mael le Mée, lors de la performance participative "TANGIBLE STRIPTEASE (en nanoséquences)", qui a eu lieu le 2 juin 2016 au festival Bains Numériques d’Enghien-les-Bains.
 
b2ap3_thumbnail_ORLAN-TS-Virgile-1.jpg
 
Quand le corps circule dans les mains des spectateurs
Préalablement invité à revêtir une tenue médicale, des gants en plastiques et un masque, le public a pénétré dans la salle de l’auditorium comme dans un bloc opératoire, pour assister à ce qu’ORLAN et Mael Le Mée ont défini comme une « biofiction », mêlant projections multi-écrans, lecture de texte, passage dans le public de l’ORLAN-CORPS —étalon  créé par l’artiste à la taille de son corps, définissant une nouvelle unité de mesure, avec lequel ORLAN a mesuré des rues et des bâtiments—, et d’échantillons biologiques prélevés sur le corps de l’artiste, dans des flacons de culture, des boîtes de pétris, et des tuyaux remplis de toutes sortes de liquides. Le temps de cette performance, le corps d’ORLAN, avec toute sa multiplicité biologique, son microbiote, n’était plus confiné à son enveloppe charnelle, mais s’étendait à tout l’espace de la salle. Son corps biologique nous a été donné à voir, à toucher, à sentir, supprimant la frontière habituelle entre le « soi » et le « non-soi ». De rares spectateurs choqués ou indisposés ont quitté la salle, d’autres semblaient amusés ou intrigués par ce qui passait sous leurs yeux et dans leurs mains. Plus tard, un tuyaux de silicone transparent, comme ceux utilisés habituellement pour les perfusions, a été déployé en grands méandres parcourant toutes les rangées de la salle, sur 60 mètres de long. A son extrémité, Mael le Mée a effectué une prise de sang d’ORLAN, et le public stupéfait a vu et senti le sang de l’artiste arriver progressivement dans ses mains, à l'intérieur du tuyau transparent, au rythme des battements du cœur…
 
b2ap3_thumbnail_ORLAN-TS-Virgile-3.jpg
 
Nous sommes des hybrides…
A cette extension spatiale du corps de l’artiste, s’ajoutera aussi une extension temporelle, du public présent vers un public futur, car les cellules prélevées sur le corps d’ORLAN ayant circulé dans le public ne sont pas destinées à mourir dans leurs tubes à essais et leurs boîtes de pétri : elles seront conservées dans un caisson à - 80 degrés, puis transportées au laboratoire de l’école Sup’Biotech, où elles seront cultivées, et multipliées. A l’inverse des pèlerinages, pour lesquels les croyants parcourent des centaines ou des milliers de kilomètres à pieds pour voir des reliques —le plus souvent des cheveux ou des os, ayant fait partie du corps d’un saint ou d’une sainte—, ORLAN a créé avec Mael Le Mée une sorte de pèlerinage immobile et athée, scientifique et artistique, dans lequel des parties de son microbiote sont venues jusqu’à nous, formant ainsi un autoportrait vivant et médical, évoquant la vivisection, faisant disparaître le clivage entre les cellules humaines d’un côté, et les cellules bactériennes de l’autre. L’expérience nous plonge au cœur de notre étrange statut d’hybride, décrit par Edgardo Carosella, immunologiste, et Thomas Pradeu, philosophe, dans leur livre L'identité, la part de l’autre (Odile Jacob, 2010)
La prochaine performance "TANGIBLE STRIPTEASE (en nanoséquences)" aura lieu lors du Festival Vivant, du 15 au 17 septembre prochain à Paris.

"TANGIBLE STRIPTEASE (en nanoséquences)", une performance d’ORLAN et Mael Le Mée.
Prises de vues en microscopie électronique : Jean-Marc Chomaz , Pierre-Eugène Coulon, Pierre-Damien Coureux, Eric Larquet et Giancarlo Rizza. Prises de vues en microscopie optique : Justin Artigues. Montage vidéo et images complémentaires : Denis Louis. Chargées de production Dorsa Barlow : Sophia Djitli et Charlotte Pavie. Une co-production : Centre des Arts d’Enghien-les-Bains, Dorsa Barlow, Mise à Jour Productions. Avec le soutien du DICRéAM (CNC), du Conseil Régional d’Aquitaine et de la ville de Bordeaux. Partenaires : Ecole Polytechnique-Université Paris-Saclay, Centre Interdisciplinaire de Microscopie de l’Ecole Polytechnique, Laboratoire d’Hydrodynamique CNRS – Ecole Polytechnique, Sup'Biotech. Remerciements : Emmanuel Cuisinier, Jens Hauser, Estelle Mogensen, Yvan Nicolas (CHU de Bordeaux), Aniara Rodado, Dominique Roland, Géraldine Seuleusian, Fabrice Van Nhut (laboratoire d’analyses médicales Unicell d’Enghien-les-Bains).
Modifié le
Lectures : 3510
Notez cet article:

LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMMUNAUTE DU FORUM BioRESP

Dorothée BROWAEYS est journaliste, rédactrice e...
Jean-Jacques Perrier est journaliste, coordinat...
UP' est le magazine d'actualités de l'innovatio...
Etudiante à AgroParisTech, je travaille à l'org...
Fondatrice et directrice de la rédaction de UP'...
Notre équipe participe cette année au concours ...
Mises en Pièces est une association de théâtre ...
Directrice de Sup'Biotech Centre d'intérêt ...
Auteure, comédienne et scientifique, Anne Rougé...
Professeur des universités en arts plastiques. ...

PROCHAINS RENDEZ-VOUS DE LA BIOECONOMIE

Aucun événement