COMMUNAUTE du FORUM BioRESP

Cet espace est celui de la communauté des membres et amis du FORUM BioRESP

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Membres
    Membres Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
Cette catégorie contient 2 articles publiés par un groupe de blogueurs

Posté par le dans Biologie de synthèse
Des bactéries sentinelles à bord de drones
 
Une équipe de 15 étudiants - issus de différentes écoles - va présenter à la compétition internationale iGEM de biologie de synthèse (à Boston, en octobre 2016) un nouveau moyen de détection de la pollution aérienne, basé sur des bactéries embarquées. A découvrir au VILLAGE des INITIATIVES qui se tient pendant les trois jours du FESTIVAL VIVANT du 15 au 17 sept 2016 sur le Campus de l’Université Paris Diderot
 
article de Clément Lapierre de l’équipe iGEM IONIS
 
La pollution atmosphérique est un problème contemporain à partir de laquelle se pose beaucoup de questions et problématiques. En effet, outre ses effets sur la santé et l'environnement, nous ne sommes toujours pas en mesure de quantifier précisément les composés toxiques présents dans l'air. À l'heure actuelle, les stations fixes seulement peuvent obtenir ces données. Cependant, elles ont un rayon de précision faible et ne peut pas mesurer la pollution dans les zones qui sont difficiles à atteindre. Pour répondre à cette question, nous proposons d'utiliser les biotechnologies et le génie génétique pour concevoir une bactérie génétiquement modifiée
Modifié le
Lectures : 2016
Notez cet article:
Zika est juste le premier front de la guerre biologique du 21e siècle
Un article paru le 24 août dans Foreign Policy Magazine*  souligne les effets explosifs de la biologie de synthèse en matière de défense. La contamination par le virus Zika illustre les risques de pandémie, dès lors que l’on ne connaît pas l’ennemi ! Comment envisager de mettre en œuvre la dissuasion dans ce domaine où les signes de malveillance sont indéchiffrables ? Quels moyens déployer pour décoder une attaque et identifier l’adversaire ? Autant de défis qui exigent une coordination nationale et internationale aujourd’hui, à peine amorcée. 
 
Article de James Stavridis**  traduit par Dorothée Browaeys
 
* Fondé il y a quarante ans par Samuel Huntington, Foreign Policy Magazine réalise une veille sur les principaux enjeux mondiaux. En 2013, ce media a été acheté par Graham Holdings Company,  anciennement le Washington Post Company.
**James Stavridis est un amiral de l’U.S. Navy, commandant de l’OTAN et 
doyen de l'École Fletcher de droit et de diplomatie à l'Université Tufts
---
 
Il y a de nombreux défis en matière de sécurité nationale aux États-Unis, mais trop souvent notre attention est exclusivement focalisée sur les menaces terroristes,  la géopolitique et les cyberattaques. Alors que le pays affronte l'arrivée du virus Zika et envisage des interdictions de voyage vers Miami , il est temps d'avoir un débat approfondi sur les menaces posées par la biologie.  
Modifié le
Lectures : 1767
Notez cet article:
0
Ingénierie génétique: fortes crispations sur CRISPR
L’ingénierie génétique revient en politique. Ce 7 avril, se sont tenues à Paris des auditions sur les enjeux des nouvelles biotechnologies, avec en ligne de mire le sujet polémique du recours et des usages de la technique CRISPR-Cas9 dans le champ médical comme agronomique. A l’origine de la démarche, Jean-Yves Le Déaut, président de l’Office parlementaire des choix scientifiques et techniques (OPECST), qui considère ces outils de chirurgie des génomes comme des « ruptures techniques considérables ». Le député qui a œuvré dans les années 90 pour mettre en débat les OGM – on se souvient de la conférence de citoyens de l’OPECST en 1998 – entend jouer à nouveau un rôle d’éclaireur, aux côtés de ses deux collègues vice présidentes de l’OPECST, la députée Anne-Yvonne Le Dain, et la sénatrice Catherine Procaccia.
Modifié le
Lectures : 4521
Notez cet article:
0
Microbiotes: Nos acolytes microbiens, remparts contre les maladies
L’agriculture fait salon, en pleine crise des éleveurs. Le modèle ancien basé sur la chimie craque de partout. Mais des solutions puissantes pour renouveler nos pratiques - tant agricoles que médicales d’ailleurs - viennent du côté de la modulation des organismes par leurs commensaux, les microbes. Un déluge de publications pleut depuis quelques mois sur ces « microbiotes ». Avec la perspective de manipuler ces microflores des plantes, de la peau, de la bouche, du vagin mais surtout des intestins. Zoom sur des expériences et marchés d’avenir …
 
L’homme ne peut survivre sans ses microbes. Avec près de deux kilos de bactéries dans le ventre - soit 100 000 milliards de microorganismes - chacun peut, non seulement assimiler ce qu’il mange  mais recevoir des signaux qui modulent l’immunité, l’inflammation, la résilience des cellules. 
Spécialiste de cette flore intestinale ou « microbiote »,  Joël Doré travaille depuis 30 ans à l’Institut national de la recherche agricole (INRA, Jouy-en Josas) et a joué un rôle pionnier dans la découverte du rôle protecteur pour notre santé des microorganismes que nous abritons. Pour lui, toutes nos stratégies thérapeutiques sont en train de se réorienter car « nous détenons avec le microbiote un formidable outil de prévention : un microbiote équilibré est la signature d’une bonne santé : il vous permet de résister  aux stress ; la perte de sa diversité ouvre la voie aux maladies ».
Modifié le
Lectures : 3853
Notez cet article:
0
Samedi 19 septembre 2015 se tenait l’exposition Vita Nova dans laquelle art et science se mêlaient autour du thème de la biologie de synthèse et du vivant. Catherine Voison, artiste plasticienne et chercheuse associée dans un laboratoire de Paris 1 exposait son œuvre « Mémorabilia », composée de plusieurs créatures conçues à partir de restes alimentaires séchés. Oignons rouges de Roscoff, arêtes de poisson ou pinces de homard composent ces petits êtres imaginaires qu’elle essaie de réanimer en assemblant les pièces. Elle fait un clin d’œil au Pr Harald Stümpke en appelant ses créatures des « résidusgrades ». Ce zoologiste (Stümpk est le pseudonyme du naturaliste allemand Gerolf Steiner) avait inventé en 1962 une fiction qui racontait la découverte, sur une île lointaine, des rhinogrades. Le choix des restes alimentaires est également une référence au développement durable : « il y a des espèces qu’on ne retrouvera et ne connaîtra jamais à cause du réchauffement climatique. »
COM_EASYBLOG_POST_TAGGED arts bioinspiration Biologie de synthèse
Modifié le
Lectures : 6510
Notez cet article:
0

LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMMUNAUTE DU FORUM BioRESP

Dorothée BROWAEYS est journaliste, rédactrice e...
Jean-Jacques Perrier est journaliste, coordinat...
UP' est le magazine d'actualités de l'innovatio...
Etudiante à AgroParisTech, je travaille à l'org...
Fondatrice et directrice de la rédaction de UP'...
Notre équipe participe cette année au concours ...
Mises en Pièces est une association de théâtre ...
Directrice de Sup'Biotech Centre d'intérêt ...
Auteure, comédienne et scientifique, Anne Rougé...
Professeur des universités en arts plastiques. ...

PROCHAINS RENDEZ-VOUS DE LA BIOECONOMIE

16 Oct 2018
02:00PM - 07:00PM
Forum BioRESP #4